Concept pédagogique

Le personnel des P’tits Bilingues s’engage à être un cadre sécurisant pour l’enfant, à respecter l’enfant dans son intégralité et à veiller à ses besoins selon la pyramide de Maslow.

 

La mission du personnel est d'accueillir, de favoriser l'éveil et l'épanouissement de l'enfant. Nous permettons également à l’enfant de se construire dans son environnement familial, social, culturel et d'exercer à son rythme, son potentiel physique, psychomoteur, intellectuel, affectif et social.

 

La personne en charge de l’enfant l’aide également à gérer ses émotions et lui apprend à gérer ses conflits avec ses pairs. Elle veille aussi à ce que les besoins physiologiques comme se nourrir, se reposer, bouger et avoir une bonne hygiène corporelle de vie soient respectés. 

Chaque journée est organisée de façon à inclure tous ces besoins dans la vie en collectivité partagée chez Les P’tits Bilingues, et ceci, en deux langues.

 

 

  1. Les besoins

 

Besoins physiologiques :

 

Les enfants boivent de l’eau régulièrement et les goûters sains sont privilégiés ainsi que les fruits pour le goûter ;

Les enfants peuvent se reposer selon leur besoin, le coin calme est à leur disposition et des moments de repos sont imposés dans la journée ;

Le mouvement est favorisé aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Nous allons au parc de jeux, et si cela n’est pas possible, un « coin Gym » a été créé, où les enfants peuvent sauter et se défouler sans danger ;

Les enfants sont changés régulièrement et nous les encourageons à l’acquisition de la propreté.

 

Besoin de sécurité :

 

L’enfant doit être mis au centre des préoccupations car ses besoins sont constants.

En nous questionnant sur le quotidien de l’enfant, sur la remise en question de nos habitudes, sur les nouveaux projets des collègues, nous nous situons au coeur même d’un placement de qualité.

Les connaissances théoriques et les observations quotidiennes permettent d’identifier les besoins de chaque enfant accueilli. L’enfant qui se trouve en dehors de son milieu familial doit pouvoir se construire psychiquement. Il doit se sentir en sécurité, pouvoir exprimer ses émotions, avoir des repères, et savoir ce qui va lui arriver.

 

Pour dire les choses simplement, selon Raymonde Caffari-Viallon, un petit enfant dans un lieu d’accueil collectif doit pouvoir se dire :

 

  • Je sais qui me garde ;

  • Je sais ce qui va m’arriver ;

  • Je sais que quelqu’un est là pour satisfaire mes besoins, quotidiens ou exceptionnels

     et je connais cette personne ;

  • Je sais qu’on sait que je suis là ;

  • Je sais qu’on me connaît ;

  • Je sais qu’on connaît ma maman, mon papa, ma famille.

 

 

Besoin d’amour, d’appartenance :

 

Afin de répondre à ce besoin, nous favorisons le lien entre les enfants et chacun d’eux est reconnu comme être unique et à droit à la même attention de la part des adultes.

L’enfant va tisser le premier lien d’appartenance avec sa famille proche. Le second, sera celui de son entrée dans une structure d’accueil. L’enfant qui entre dans un groupe va s’attacher tant aux nouveaux enfants qu’aux personnes qui vont prendre soin de lui. Il est donc important que chacun prenne le temps de transmettre et de faire connaissance.

Il faut que l’enfant se sente aimé, et la chose la plus difficile en tant que professionnel de l’enfance, et de reconnaitre que les liens que nous tissons avec les enfants sont tous différents. Chaque enfant ne nous laisse pas indifférent, et nous devons faire attention à ne pas faire de différences. Il peut y avoir, l’enfant «chouchouté», rejeté, perdu dans la masse, étiqueté... c’est pour cela qu’il est primordial de tisser des liens à partir de nos valeurs professionnelles. Nous ne sommes pas les parents de l’enfant, et nous devons savoir dissocier la manière de prendre soin d’un enfant professionnellement de l’attachement à celui-ci. Il faudra gérer et tempérer les émotions pour que chacun trouve et garde sa place. Cela s’apprend au fil du temps, mais doit toujours être guidé par le respect inconditionnel de chaque enfant.

 

Estime de soi :

 

L’estime de soi commence dès la naissance, puis c’est à travers le regard des autres que ce sentiment va grandir et prendre de la valeur. En réalisant des activités adaptées à l’âge de l’enfant et dans le respect de son rythme, il pourra s’épanouir et devenir conscient de ses propres qualités. En évitant les échecs et en étant encouragé et félicité, il développera une bonne estime de soi et aura davantage confiance en lui.

 

Estime des autres :

 

Le respect d’autrui et le partage sont des valeurs primaires dans notre fonctionnement. Les règles de vie telles que ; prêter, dire merci, s’il te plaît, attendre son tour, écouter, etc. sont mises en avant afin de valoriser chaque enfant.

 

Besoin d’accomplissement personnel :

 

L’enfant est né pour expérimenter. Il fait des essais, se trompe, recommence. C’est ce qui va lui permettre d’avancer et d’apprendre. L’erreur n’est donc pas négative, puisqu’elle lui permet de grandir.

Ainsi, il est important de laisser l’enfant essayer, dans un espace sécurisé et un temps donné suffisant pour le faire. Nous le motivons dans ses actions afin qu’il prenne plaisir à apprendre et le stimulons à devenir autonome dans la vie quotidienne.

 

En résumé, tous les points suivants sont visés :

 

  • La valorisation ;

  • L’autonomie ;

  • La socialisation ;

  • La confiance ;

  • Le respect (de soi, de l’autre) ;

  • L’écoute ;

  • La verbalisation ;

  • L’épanouissement ;

  • Le mouvement et l’hygiène de vie.

 

 

2. Le bilinguisme

 

Le but des P’tits Bilingues est de promouvoir le bilinguisme dès le plus jeune âge, afin d'exploiter la curiosité et l'enthousiasme naturels propres aux très jeunes enfants. Les spécialistes pensent de façon unanime que la capacité d'apprendre une langue avec une bonne prononciation et une intonation correcte diminue avec l'âge. C'est pourquoi, plus l'apprentissage commence tôt, plus l'enfant sera aidé à long terme, pour l'anglais et pour toutes les autres langues.

 

A l’English Center, l’anglais est enseigné aux enfants depuis 1994. Ce savoir-faire de longue date est transmis au personnel éducatif des P’tits Bilingues lors de formations continues dispensées chaque année. De cette manière, l’encadrement bilingue des tout-petits est optimisé afin d’obtenir un bilinguisme sur le long therme. Avec les enfants, nous abordons des thèmes différents chaque mois pour qu’ils puissent apprendre un maximum d’anglais lors de nos activités dirigées, mais chaque jour, la langue dominante de la journée est l’anglais. Les enfants peuvent se faire comprendre en français pour qu’ils puissent se sentir en sécurité, mais très rapidement, ils essayent de s’exprimer en anglais avec le personnel éducatif et leurs pairs à force de répéter leurs acquis.

 

3. L’autorité et les limites

 

Pour grandir, l’enfant a besoin d’un cadre et de limites. Pour que l’enfant comprenne ce que l’adulte attend de lui, les règles doivent être clairement posées. Elles doivent être cohérentes, compréhensibles et réalisables.

 

 

Les règles de vie des P’tits bilingues sont :

 

  • On prend soin des jeux et on les range dans la bonne caisse ;

  • On marche dans la salle de vie et dans le couloir ;

  • On se respecte et on respecte ses camarades ;

  • On essaie de goûter lors des collations ;

  • On parle doucement ;

 

Les règles se doivent d’être tournées de manière positives. Elles sont évolutives selon l’âge et la maturité de l’enfant.

 

En cas de non-respect des règles, nous privilégions une action socialisante et responsabilisante.

L’enfant devra :

 

  • Avoir un temps de réflexion sur la règle non-respectée ;

  • S’excuser verbalement ou gestuellement ;

  • Réparer sa faute de manière proportionnelle.

 

 

4. L’adaptation

 

Ce temps d’adaptation va permettre à l’enfant de se familiariser avec les personnes, les lieux et le mode de vie de l’institution qu’il va fréquenter. Ce temps d’accueil progressif permet aussi aux parents de se rassurer sur comment le personnel va s’occuper de leur enfant. Il donne aussi la possibilité aux professionnels de l’enfance de commencer à connaître l’enfant pour pouvoir répondre correctement à ses besoins individuels. Il se crée, dans ces quelques jours ou semaines, un lien entre le lieu d’accueil et la famille, utile pour les adultes et nécessaire pour les enfants.

 

5. Arrivée et départ 

 

En structure d’accueil, ces deux moments sont très importants pour cadrer la journée d’un enfant, car ils sont le lien entre la structure et la maison. Si toutes les personnes se sentent en confiance, le placement se fera dans de bonnes conditions. Lorsqu’un enfant se sent en sécurité auprès des adultes qui l’entourent, qu’il sait qu’il peut compter sur eux car il les connait et qu’ils sont attentifs à ses besoins, il pourra s’épanouir est sera disponible pour sa propre activité. Du coup, il peut librement se consacrer à ses découvertes, à ses explorations et à ses jeux.

 

 

6. Les collations

 

Les moments de collation sont pris en groupe et se doivent d’être un temps de partage et de découverte. Pour cela, des règles de bonne conduite sont établies.

 

La collation répond :

 

  • A un besoin physique qui est celui de manger et de boire sainement ;

  • Au besoin d’apprentissage des différents goûts et saveurs ;

  • Au développement des 5 sens ;

  • Au développement de l’autonomie en découvrant les aliments et en apprenant à manger seul.

Il vise également des objectifs sociaux comme de faire découvrir aux enfants :

 

  • La richesse des échanges et de la convivialité ;

  • Le partage de la nourriture dans le respect de l’autre ;

  • La réalisation d’activité autour de l’aliment (cuisine, visite de marché, jeux pédagogiques, etc…).

Aujourd’hui, la relation avec la nourriture est un sujet délicat, tant au niveau psychologique que physiologique. Nous prenons en compte plusieurs aspects :

 

  • L'influence des propres valeurs des parents qui sont la référence des enfants ;

  • L'influence de leurs goûts personnels ;

  • La culture ;

  • L’âge de l’enfant et de son développement.

 

En cas de difficultés, un échange avec les parents sera effectué.

 

7. L’hygiène

 

L’hygiène, touche deux axes bien distincts. La propreté des lieux et l’hygiène corporelle.

 

L’hygiène des mains fait partie du rituel d’hygiène quotidien de la structure. L’enfant devra apprendre à se laver les mains correctement avant et après manger et après les activités qui salissent les mains.

 

Le moment du change est un moment d’intimité. C’est pourquoi l’aménagement de l’espace et la protection de cette intimité sont importants. La coopération de l’enfant au cours des soins, est une occasion pour lui, en fonction de son développement et de son autonomie de participer dans ce qui le concerne intimement.

 

L'apprentissage de la propreté est un stade très important pour l'enfant et pour ceux qui l'entourent. Cet apprentissage doit se faire en continuité entre la maison et la structure. A ce stade, les échanges avec les parents sont d’une importance capitale, mais nos propres observations peuvent aussi être prises en compte si l’enfant et les parents le désirent.

 

Le nettoyage des locaux et les objets mis en bouches sont effectués tous les jours par le personnel éducatif et le personnel de maison. La structure répond aux exigences mises en place par le canton.

 

 

8. L’Accueil

 

L’accueil est un moment de regroupement entre tous les enfants. L’accueil se déroule toujours au même endroit, ainsi il devient un point de repère important pour se situer dans la journée comme les enfants n’ont pas la notion du temps.

Ce moment est chaleureux, et favorise l’échange à travers des histoires, des chansons et comptines, des jeux éducatifs, et surtout, chez Les P’tits Bilingues, il est le moment d’apprentissage de la langue anglaise. Les enfants sont assis et répondent aux sollicitations de l’adulte afin de développer le langage, l’estime de soi, l’assurance, l’imagination, la logique et l’espace-temps. L’enfant apprend également à écouter les autres, à attendre son tour et à se concentrer.

 

9. Le jeu libre

 

Les formes de jeux libres sont :

 

  • Les jeux symboliques (dinette, docteur, papa-maman…) ;

  • Les jeux de construction et d’expérimentation ;

  • Les jeux de table et de motricité fine (puzzle, lecture, dessin, pâte à modeler, bac de riz, etc…);

  • Les jeux d’extérieur.

 

Pendant le jeu libre, l’enfant a le libre choix de l’activité, de sa durée et de son déroulement. La présence permanente de l’adulte dans ces moments garantit la sécurité physique et affective de l’enfant. Il me permet également d’observer l’enfant en interaction avec ses pairs et son comportement général. Il faut permettre à l'enfant de faire des essais et des erreurs, ce qui favorisera un élargissement de son champ d'investigation.

 

10. Les activités dirigées

 

Il s’agit d’activités proposées par l’adulte tendant vers un résultat. Ces activités font partie de la journée et les enfants ne sont pas toujours obligés d’y participer. Nous ne forçons jamais un enfant à faire quelque chose, sauf pour des raisons de sécurité. Généralement, lorsque l’enfant voit que ces camarades prennent du plaisir à faire une activité, il les rejoint rapidement. L’accueil, l’apprentissage de l’anglais, les bricolages, les activités cuisine ou encore la gymnastique sont des exemples de jeux dirigés.

 

11. Les activités extérieures

 

Nous sortons très souvent au parc ou en promenade avec les enfants. A l’extérieur, les enfants peuvent élargir leurs connaissances, mais aussi acquérir de nombreux apprentissages comme :

 

  • Marcher en donnant la main à un pair ou à l’éducatrice ou avec la corde de marche ;

  • Se concentrer sur la route ;

  • Suivre le rythme de marche qu’impose le groupe ;

  • Respecter les consignes et écouter l’adulte ;

  • Intégrer les règles de sécurité, comme bien regarder avant de traverser ;

  • Découvrir la nature et l’environnement qui nous entoure ;

  • Eveiller les sens ;

  • Acquérir de la motricité (tobogan, balançoire, sable, etc…) ;

  • Se mouvoir dans l’espace.

 

 

12. L’accueil des familles

 

L’attitude professionnelle est caractérisée par un esprit d’ouverture et de non jugement, par une disponibilité et une écoute de qualité. Il est primordial de faire le lien au quotidien avec les parents, entre la maison et le lieu d’accueil, et d’accueillir chaque famille de manière individualisée. Il faut se rendre disponible pour une écoute appropriée et favoriser la discussion, et la coéducation avec la famille en respectant le secret professionnel.

 

Voici les différentes possibilités offertes aux parents pour parler de leur enfant :

 

  • Lors des départs des enfants, les parents peuvent rencontrer les différents membres de l'équipe éducative afin de prendre connaissance du déroulement de la journée de leur enfant, de ses éventuelles acquisitions ou difficultés ;

  • Les parents ou l’éducatrice peuvent demander un entretien individualisé ;

  • Des entretiens individuels sont systématiquement mis en place sur inscription afin de faire le bilan de l’enfant ;

  • Une séance d’information du groupe a lieu en début d’année scolaire. Cette rencontre permet d’être informé sur le déroulement général du groupe, des objectifs mis en place et permet également une rencontre entre tous les parents ;

  • Une fête d’été ainsi qu’une fête de Thanksgiving ont également lieu dans l’année.

 

 

13. L’interculturalité

 

 

Les P’tits Bilingues accueille les familles de différentes origines. Sa fonction première étant de favoriser le bilinguisme français-anglais, la structure est naturellement ouverte à accueillir des enfants de langues maternelles étrangères. De nos jours, l’ouverture sur le monde est importante pour favoriser l’inclusion et l’échange entre les différentes cultures.

Cette démarche interculturelle a pour but de réaliser des activités afin de faire découvrir aux enfants l’environnement qui nous entoure tout en respectant également les exigences des parents en lien avec les religions, le régime alimentaire et les traditions festives.